Au niveau Européen

La volonté européenne d'assurer la sécurité des denrées alimentaires au sein de l'union, et donc de garantir un système efficace et uniforme de contrôle, a conduit la commission à mettre en place un ensemble de dispositions réglementaires (directive CE/96/23) régissant le contrôle des résidus et des contaminants dans les animaux vivants et leurs produits. Ce système de contrôle est basé sur un réseau de laboratoires agréés : les LR-UE, les LNR, et les laboratoires d'application.

La France a désigné le LABERCA comme Laboratoire National de Référence :
  • en 1989 en ce qui concerne le groupe A (1 à 5) défini dans l'annexe I de la directive CE 96/23, à savoir les substances ayant un effet anabolisant et substances assimilées (stilbènes, lactones d'acides résorcyliques, ß-agonistes, stéroïdes, thyréostatiques) et le groupe B(2f) (corticostéroïdes).
  • en 2000, en ce qui concerne le groupe B (3f) défini dans l'annexe I de la directive CE 96/23 à savoir certaines classes de polluants organiques persistants (dioxines, PCDD/F, PCB « dioxin-like », HAP...).
  • en 2010 , en ce qui concerne les PCB coplanaires ou PCB-ndl
Au niveau européen et au sein de ce réseau, le LABERCA est en contact avec les Laboratoires de Référence de l'Union Européenne que sont le RIKILT (Wageningen - Pays-Bas) pour les résidus des groupes A1, 2, 3 et 4 et B2f, le BfR (Berlin - Allemagne) pour les résidus du groupe A5, le CVUA (Freiburg, Allemagne) pour les dioxines et PCB et le JRC-IRMM (Geel, Belgique) pour les HAP.

Au niveau National

Le LABERCA en tant que Laboratoire National de Référence, anime quatre réseaux de laboratoires d'application spécialisés dans le contrôle des promoteurs de croissance, des dioxines et PCB, de la mélamine, et des HAP. Dans ce cadre, il est réglementairement tenu : de coordonner les activités des laboratoires d'application chargés des analyses de résidus en produisant des méthodes d'analyse ad hoc, d'assister l'autorité compétente dans l'organisation des plans de surveillance et de contrôle, d'organiser périodiquement des essais interlaboratoires pour chaque groupe de substances afin d'évaluer la compétence des laboratoires d'application et enfin d'assurer le respect par ces laboratoires d'application des limites réglementaires.