Historique

  • 1979
    Création de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes.
  • 1980 - 1985
    Développement d'une activité de diagnostic en endocrinologie appliquée aux animaux de production puis aux animaux de compagnie. Le laboratoire devient alors le LDH.
  • 1986
    Premiers contacts avec la DGAl. Utilisation des compétences acquises en endocrinologie et radioimmunologie pour le contrôle de l'usage des stéroïdes anabolisants chez le veau.
  • 1989
    Désignation par la DGAl du LDH comme LNR, (directive européenne CE 89/610 puis directive CE 93/257). Le laboratoire prend alors le nom de LDH/LNR et se sépare du LDH qui conserve ses activités diagnostiques.
  • 1995
    Première accréditation du LDH/LNR selon la norme EN45001.
  • 2000
    L’Unité est désignée LNR pour le contrôle des dioxines et PCB-dl dans les denrées alimentaires et devient le Laboratoire d’Etude des Résidus et Contaminants dans les Aliments (LABERCA)
  • 2001
    L’Unité met en place une Ecole Internationale de formation continue en langue anglaise spécialisée en sécurité des aliments.
  • 2003
    Le laboratoire devient LNR pour les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) dans les denrées alimentaires. Les activités Recherche sont labellisées par l'INRA (Département ALIM H) et sont certifiées selon le référentiel ISO 9001.
  • 2007
    Centième publication scientifique de rang A dans des journaux internationaux à comité de lecture.
  • 2008
    L’Unité devient Laboratoire Référent pour la DGAl pour la Mélamine dans les denrées alimentaires. L'unité acquiert sa première certification selon l’ISO 9001 pour sa formation internationale SARAF.
  • 2010
    L’Unité devient LNR pour les PCB-ndl dans les denrées alimentaires.
  • 2011
    L’Unité passe avec succès la première évaluation AERES de son histoire.
  • 2011-2014
    L’Unité est pleinement investie dans les grandes études nationales aux côtés des deux agences sanitaires (ANSES et INVs)
  • 2014
    Première accréditation du LABERCA pour l’organisation d’essais inter-laboratoires selon le référentiel ISO 17043
  • 2015
    Le LABERCA est fortement impliqué dans le projet RFI « Cap Aliment – Food for tomorrow » de l’INRA. La DGAl confie à l’Unité le développement de stratégies analytiques pour la mesure de contaminants émergents

Organisation

L'équipe du LABERCA est composée d’environ 50 personnes (enseignant-chercheur, ingénieurs de recherche, ingénieurs d'étude, assistants ingénieurs, techniciens et administratifs) dont une quinzaine d'étudiants en doctorat d’Université, post-doctorants et Masters. Le LABERCA a structuré ses activités de Référence Nationale autour de 2 unités d'essais : l’unité promoteurs de croissance (UPC) et l’unité contaminants (UCO). Une troisième entité – la cellule Appui Technique et Innovation (ATI) - a été créée en 2010 pour stimuler le développement analytique au service de ces deux unités. La recherche amont est coordonnée au sein d’une quatrième entité (la Direction Scientifique). Une cinquième entité est représentée par la plateforme de chimie analytique qui intervient dans l’analyse structurale et l’analyse métabolomique sous la tutelle d’Oniris.

Missions

Le LABERCA accomplit depuis 20 ans un travail conséquent d'appui scientifique et technique (AST) auprès du Ministère de l'Agriculture (DGAl), et de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire (ANSES). Dans ce cadre, ses principales missions sont les suivantes :
  • Développement méthodologique, essentiellement basé sur la spectrométrie de masse sous toutes ses formes (basse et haute résolution, simple ou en tandem, quadripolaire ou magnétique, de rapport isotopique, couplée à la chromatographie liquide ou en phase gazeuse), pour l'analyse à l'état de traces de substances hormonales, de contaminants organiques de l'environnement et de migrants dans les denrées alimentaires d’origine animale ou végétale. L’unité s’intéresse également à la caractérisation des niveaux de contamination interne en investiguant les fluides et tissus biologiques chez l’homme,
  • Transfert technologique des méthodes, développées et validées conformément aux critères européens en vigueur (Décision CE/2002/657), vers un réseau national de laboratoires d'application agréés par l’autorité de tutelle,
Le LABERCA conduit un programme de recherche sur des questions de santé publiques liées à l’aliment et à l’exposition du consommateur aux dangers chimiques. Il investigue également l’exposition de l’enfant à ces substances lors de fenêtres critiques de sa vie (fœtus, nouveau né, période pré-pubertaire…). L’unité s’est investie dans la mise en place de stratégies de caractérisation holistiques dite non ciblées ou sans a priori ayant pour ambition de générer des bio-marqueurs d’exposition ou d’effets à ces substances. Ses activités de recherche sont évaluées depuis 1995, d’abord par la DGER (MAP), puis par l'INRA et enfin aujourd’hui par l’AERES.